Andrew MILLER

Andrew MILLER
 
DOG TAG  
   
NOM MILLER ANDREW
NUMERO MATRICULE 36248212
RANG Staff Sergeant.
Soldat de la 95th Infantry Division récompensé de la Medal of Honor (la plus grande distinction de l'Armée Américaine) pour avoir accompli une série d'exploits héroïques du 16 au 29 Novembre 1944 pendant l'avance impitoyable de sa compagnie de Woippy à travers Metz jusqu'à Kerprich-Hemmersdorf en Allemagne.
Médaille d'Honneur
BIOGRAPHIE
 
Le 16 Novembre à Woippy, à la tête d'un peloton de fantassins, le feu croisé de mitrailleuses ennemies clouaient son unité au sol. Donnant l'ordre à ses hommes de rester à couvert, il avança seul, entra dans un bâtiment qui abritait une des mitrailleuses et força, armé d'une baïonnette, cinq allemands à se rendre. Seul, il pris la deuxième mitrailleuse en lançant des grenades vers la position ennemie, tuant deux soldats, blessant trois autres et faisant deux prisonniers en plus ! Le lendemain, dans les faubourgs de Metz, sa section déconcertée par de lourdes explosions et par le retrait de chars amis, battait en retraite, il resta sans crainte derrière un usil automatique, échangeant des tirs avec une mitrailleuse allemande jusqu'à faire cesser le feu de l'arme ennemie. Son intervention rapide de protéger ses camarades donna à la section le temps de se regrouper et de continuer le combat.

Le 19 Novembre, le sergent Miller mena une attaque contre d'importants casernements ennemis. Couvert par son peloton, il rampa vers une fenêtre de la caserne, grimpa à l'intérieur et captura six fantassins occupant la pièce. Ses hommes, suivis de l'entière compagnie, le suivirent par la fenêtre, s'emparèrent du bâtiment et firent 75 prisonniers. Le sergent Miller, avec trois de ses camarades, se porta volontaire pour capturer des officiers de la Gestapo qui empêchaient des troupes allemandes dans un autre bâtiment de se rendre. Il couru entre les feux de mitrailleuses et entra par une fenêtre. A l'intérieur, il se trouva devant une mitraillette pointée sur lui, mais il persuada, les Gestapos le confrontant, à se rendre. Tôt le lendemain matin, quand des éléments hostiles arrosaient sa compagnie de feu intense, le Sergent Miller assuma la tâche de détruire une mitrailleuse bien placée. En montant par un escalier, à découvert dans une maison, il fut terrassé par le tir d'une grenade mais il continua, un bazooka à la main, cherchant un lieu pour tirer sa roquette. Il se rendit compte qu'il ne pouvait tirer que du toit, un lieu où il allait attirer un feu terrible de l'ennemi. Prenant le risque, il sortit à découvert, visant froidement, et réussit un tir direct sur l'emplacement ennemi, créant un tel ravage que les troupes ennemies devinrent complètement démoralisées et commencèrent à se rendre en nombre. Le lendemain matin à Metz, il fit 12 prisonniers supplémentaires et tût une mitrailleuse après s'être porté volontaire pour une mission hasardeuse à l'avant de sa compagnie.

Le 29 Novembre 1944, au moment où la compagnie G grimpa sur une colline dominant Kerprich-Hemmersdorf, le feu ennemi cloua son unité au sol. Le Sergent Miller, de sa propre initiative, avec son détachement, poussa en avant, dépassant l'élément de tête de la compagnie et fût surpris par de la résistance. Ses hommes se levèrent et avancèrent délibérément, tirant en marchant. Inspirés par la conduite du Sergent Miller, le peloton suivit, un autre peloton se le va, et farouchement s'approcha des allemands. L'action ennemie fut étouffée mais au coût de la vie du Sergent Miller. Son dévouement tenace à l'attaque, son choix courageux de s'exposer aux actions ennemies plutôt que de mettre ses hommes en danger, sa bravoure illimitée, assurèrent le succède de la compagnie G.

 

 


Retour

© C.L.V.M.A 2012-2014